2011. GRAND REPORTAGE EN REPUBLIQUE TCHEQUE

 

GRAND REPORTAGE

EN REPUBLIQUE TCHEQUE 

Nous sommes 42 lycéens bijoutiers des classes terminales prêts à s’embarquer pour ce nouveau projet soutenu par le Conseil Régional à travers le dispositif « Trans Europe Centre »… Retrouver nos partenaires européens de l’école de Turnov en République Tchèque, et construire avec eux cette grande aventure autour du grenat… 1300 kilomètres pour parvenir au cœur du Paradis de la Bohême, le fameux Český Ráj et découvrir des espaces paradisiaques, une géologie époustouflante et un patrimoine culturel d’une richesse étonnante… Ici, dans la ville de Turnov, à une centaine de kilomètres au Nord de Prague et pas très loin de la frontière avec la Pologne voisine, l’histoire et les traditions artistiques côtoient l’Europe contemporaine et les créations pleines d’innovations… Les lycéens tchèques, nos correspondants de l’école de Turnov nous ont ainsi impressionnés !

L’ETRANGE PARADIS

DES GRENATS DE BOHÊME !

Jeudi 22…

J – 1… Une dernière réunion de projet avec toute l’équipe terminale BMA (brevet des métiers d’art) juste avant le départ devant la salle du Mur au lycée professionnel Jean Guéhenno…

Attention… Vous allez maintenant voyager dans le « Grand Road-Book Magic », clin d’œil au restaurant qui nous accueillera durant une semaine à Turnov avec sa cuisine parfois… atypique, au cœur du Paradis de la Bohême ! Une petite présentation s’impose tout d’abord. Durant ce périple, vous ne serez pas seuls, nous sommes un groupe de 48 personnes ! La totalité des élèves des deux classes terminales de bijouterie de notre lycée ! Dans les pages qui suivent, vous allez être ainsi plongés dans une semaine mémorable et haute en rebondissements. On vous souhaite une bonne lecture, et un agréable voyage à bord de ce « Grand Road-Book Magic » !

Attention au départ ! Pour votre confort, et plus de réalisme, nous vous conseillons de vous installer confortablement, de préférence, dans un bus qui a préalablement servi à transporter une équipe de rugbymen après le match, avec un fond sonore de musique folklorique tchèque. Et vous serez au comble du réalisme, si votre bus peut se déplacer sur des petites routes de montagne… Nous sommes désolés de ne fournir avec ce « Grand Road-Book Magic » ni le bus, ni les rugbymen, ni le cd de musique… Merci de votre compréhension… Et enfin, pour des raisons légales, la classe terminale BMA se décharge de toutes responsabilités sur un potentiel disfonctionnement de l’activité cérébrale des lecteurs ou crises de folie… Si cela arrive, consultez vite, très vite, très très vite…

Vendredi 23…

« La valise… Une frénésie s’empare de moi, plus que quelques heures avant le départ, et tout reste à faire… Les jeans ne sont pas secs, les chemises et les tee-shirts sont chiffonnés, le repassage est périlleux, je décide de tout tasser dans le sac de voyage… je bourre mes vêtements et tire sur la fermeture, je m’assoie dessus pour empiler vêtements et chaussures ! Ça y est ! Reste plus qu’à attendre une heure… L’attente se fait chez Mad et Clément, on finit les restes, Coca et salade au miel ! Hmmmm… !!! »

01.00… Départ ce vendredi à 1 heure du matin… Nous voilà tous devant le lycée, les valises enfin prêtes, les oreillers sous le bras. Nous discutons déjà du voyage, de ce qu’on va découvrir là-bas, en République Tchèque… Certains sont malades, d’autres stressés, beaucoup excités à l’idée de partir, tout le monde parle et rigole… 42 sur 42 ! L’effectif est complet, tout le monde est là ! Quelques heures de sommeil, et d’un pas décidé, on avance vers la Tchéquie ! C’est parti, pour quelques 1300 kilomètres à travers l’Est de la France, la traversée de l’Allemagne, et puis après Nuremberg, la frontière tchèque, Prague et enfin nous arriverons à Turnov… après quelques 20 heures de bus…

01.03… Pour le moment, on traverse tout juste la ville de Saint-Amand Montrond, notre ville, nous sommes dans la profonde campagne berrichonne, plus d’éclairage extérieur, mais un éclairage bleu électrique transforme soudain le bus en navette spatiale… Bon, ça, c’est juste une impression 

02.03… Une heure plus tard, le sommeil nous a déjà rattrapés ! Nous dormons tous, l’oreiller contre la vitre, le dos courbé, Morphée nous a conquis !

04.08… Une aire de repos à Chalon-sur-Saône… Le chauffeur du bus s’arrête pour 45 minutes de pause. Certains descendent du bus mal réveillés, nous avons mal partout… et la tête dans le brouillard ! Au fond du car, un tournoi de belote s’organise avec notre prof d’atelier !

07.45… Un petit déjeuner, quelque part à l’Est, vers Mulhouse, boisson chaude, jus d’orange et viennoiseries… C’est quand qu’on arrive !

08.45… Nous repartons, direction Strasbourg, pour un changement de chauffeur… et retrouver Philippe, le chauffeur habituel des grands reportages du Mur !

10.21… Nous traversons la frontière allemande… Le paysage défile. Certains dorment encore, d’autres jouent à la console portable, lisent un bouquin, discutent ou regardent le paysage…

12.32… En Allemagne, pour un déjeuner sandwichs sur le parking de l’aire de l’autoroute, un honorable pique-nique fourni par la cantine de notre lycée dont la réputation n’est plus à faire… Des toilettes payantes, ils sont fous, ces Allemands !

16.15… Toujours en Allemagne… Les maux de dos se font ressentir, nous nous sentons sales, fatigués, nous sommes impatients d’arriver à l’hôtel… Nous approchons de Nuremberg, à l’Est du pays…

17.00… La frontière entre l’Allemagne et la République Tchèque… On approche !

18.09… Prague… et quelques bouchons sur les grands axes périphériques, c’est l’heure fatidique !

19.58… Turnov ! On arrive !!! Nous sommes bien dans le Nord de la République Tchèque, et la ville a été fondée en 1272 sur des espaces rocheux au-dessus de la Jizéra, une rivière de 150 kilomètres, affluent de l’Elbe et qui prend sa source dans les montagnes du même nom, les montagnes de Jizéra !

20.02… Turnov, le bus s’arrête ! Il est près de 20 heures, mais sincèrement, on ne s’en souvient pas vraiment… et nous envoyons vite fait un premier message aux parents et aux visiteurs de notre site internet…. « équipes TBMA bien arrivées en République Tchèque ce soir… autres infos et photos demain soir ! »…

20.34… A l’arrivée, c’est le Grand Restaurant Magic qui nous accueille, avec en entrée un remarquable « jambon chantilly » qui nous a tous ému et impressionné !

21.53… L’hôtel s’appelle Karel IV ou Charles Quatre, il se situe dans le centre de la ville, près de l’école partenaire, et on nous avait réservé des chambres par petits groupes. On pousse la porte et la joie peut se lire sur notre visage ! Ecran plat, frigo noir intégré au buffet, lit avec matelas super épais, lampes qui font penser au design italien, douche et toilettes méga propres, serviettes blanches, Très classe ! C’est le grand moment de l’installation ! Nous rangeons nos affaires, et tout ça est plutôt sympathique ! A la télé, il y a… le Commissaire Moulin… en tchèque !

23.17… En fait, une seule idée nous vient en tête : dormir ! Allez ! Au lit !

 

Samedi 24…

07.14… Tout va commencer par une belle journée ensoleillée ! Lever matinal, et super petit-déj au restaurant de l’hôtel, du café, du thé, des céréales, mais aussi des œufs, du jambon, des fromages…

08.53… Nous retrouvons notre bus… Direction, le Český Ráj… C’est le Paradis de la Bohême… et ce « Paradis » pourrait bien commencer devant les grottes dolomitiques de Bozkov… Ce sont les plus grandes grottes du pays et qui présentent également le plus grand lac souterrain de la république tchèque… Ici, l’eau du lac est tellement pure et transparente qu’elle rend invisible le lac lui-même même là où la profondeur peut atteindre 14 mètres ! Les grottes sont formées dans une roche résistante, la dolomite calcaire qui de plus contient du quartz insoluble ! Les premiers espaces de la grotte furent découverts en 1947, lors de l’exploitation d’une petite carrière locale de dolomites, et dix ans plus tard, suite à des recherches géologiques importantes, la partie surnommée « le labyrinthe » avec le lac souterrain fut repérée. Depuis 1969, et l’ouverture officielle des grottes de Bozkov au public, plus d’un million et demi de visiteurs viennent admirer le site géologique chaque année. Nous descendons jusqu’à 43 mètres de profondeur, et la température constante est de 8 degrés, il fait un peu froid, c’est vrai ! Ces formations calcaires sont impressionnantes, elles peuvent être imposantes et grossières ou bien devenir aussi fines que le voilage d’une robe ! On poursuit notre route, dans un dédale de couloirs.

    

09.58… Dans les grottes dolomitiques de Bozkov, chacun doit s’organiser pour lire à tour de rôle les commentaires sur l’histoire et les particularités géologiques du site… La traduction est en cours de réalisation et la Direction de la grotte compte sur nous pour enregistrer le texte que les futurs visiteurs écouteront à travers leurs écouteurs… Autour de nous, des stalactites qui tombent et des stalagmites qui montent… et qui dessinent des formes curieuses, des animaux, des aigles, des souris, des hiboux, des visages… A la sortie des grottes, une photo de groupe s’impose pour publier sur le site internet du Mur ! C’est notre défi ! Une photo de toute l’équipe chaque jour, afin que les parents, les familles, les copains et les gens du lycée suivent en direct nos aventures !

13.32… Dans les bâtiments mêmes du Geopark, un peu au centre de nulle part… nos amis tchèques nous ont préparé un lunch géant pour 50 personnes ! Un buffet froid royal avec une quantité de spécialités locales en plein centre du Geopark !

15.02… Tout près des bâtiments du Geopark, il y a le lieu dit « Dolànky », et ce jour-là, une fête qui s’appelle « Dolànky Dlask agricoles »… Des villageois de Bohême et des citadins de Turnov profitent du week-end ensoleillé pour retrouver les traditions du pays… Un atelier de batik permet à l’équipe de s’initier à cette technique pour teindre les tissus en bleu indigo… Une dentelière et un émailleur nous accueillent avec empressement et curiosité…

        

15.42… Aux « Dolànky Dlask agricoles », c’est aussi l’opportunité de découvrir les habitations traditionnelles, les coutumes… Au centre de la place, des hommes et des femmes en costume d’époque chantent et dansent, tandis que des marionnettes divertissent les enfants, au milieu des stands de métiers traditionnels et artisanaux ! Bref, une belle ouverture sur le patrimoine de la République Tchèque…

        

16.03… En fait, nous découvrons que ce village est très proche de Turnov, et que nous pouvons le rejoindre à pied à travers la forêt… Vilèm Bárta est géologue, et c’est aussi notre interprète et guide pendant le séjour… Vilèm profite de ce retour à pied pour nous raconter quelques histoires de Turnov… C’est une ville située au centre du pays, à 50 kilomètres de la frontière polonaise. A l’Ouest, il y a donc le Paradis de la Bohême ! A l’Est, la Moravie avec son fleuve qui coule en direction de la mer Noire. « Avec le grenat et le cristal de Bohême, Turnov est l’une des villes spécialisées dans l’artisanat qui exporte le plus dans toute l’Europe, mais aussi aux Etats-Unis, en Australie… On lui a donné son nom officiel en 1878, même si les Allemands qui vivaient là avant la seconde guerre mondiale continuaient à l’appeler Reichenberg… On peut voir des bâtiments gigantesques, une ancienne caserne militaire transformée en école d’économie, des parcs municipaux parfaitement entretenus… » Et dans les rues, pas de déchet, pas de mégot… C’est vrai, c’est une ville particulièrement propre, aux façades des bâtiments colorées et sans aucune souillure due à la pollution ! Que vous dire de plus sur Turnov ? Que les rues et les trottoirs sont parfaitement bien pavés, que les sculptures et les bâtiments religieux sont extrêmement nombreux, que la bière n’y est pas chère… et les gens sont particulièrement chaleureux et accueillants !

       

16.36… Turnov… Se balader et découvrir la ville… On en profite pour faire un peu de photo d’architecture des bâtiments de la ville, découvrir les coutumes, les habitudes des habitants, l’écriture tchèque sur les panneaux… A cette heure là, tous les magasins sont déjà fermés, sauf les bars ! Puis repos et carnets de voyage à l’hôtel !

19.04… Nous partons à pied jusqu’au restaurant « Magic » pour le dîner du soir… L’une des plus grandes questions de chaque fin de journée, ce sera « mais, que va-t-on manger ce soir ? »… La République Tchèque est t-elle la république de la patate ? Les préjugés habituels sont rapidement délaissés, hormis quelques potages bizarres, le fromage servi en entrée et la chantilly non pas sur le gâteau mais à l’intérieur du rouleau de jambon !…

        

        

20.31… Le soir, après le dîner, le musée du Paradis de la Bohême de Turnov, le « Muzeum Ceskěho Ráje » ouvre ses portes spécialement pour nous, une sorte de visite privée dans l’un des plus prestigieux musées du pays… bien entendu accompagnés par le conservateur lui-même, Tomáš Řídkošil, également professeur à l’école et à qui nous devons beaucoup pour l’organisation de ce projet… Une collection de grenats très importante, des pièces réalisées par les plus grands joailliers… C’est notre première rencontre avec le grenat tchèque, et des rencontres comme ça, on voudrait en faire tous les jours ! On navigue dans les différents espaces du musée parmi les trésors historiques, d’autres plus familiers ! Il y a aussi l’exposition Comenius de notre projet européen « Raconte-moi un bijou ! », l’école de Turnov est bien sûr l’un de nos partenaires… Nous sommes complètement emballés. Les bijoux des dernières salles sont splendides. C’était génial de visiter un musée dans ces conditions ! Le seul souci, ils n’ont pas voulu dans ce musée qu’on prenne quelques échantillons de bijoux. Déception ! Les colliers art nouveau me plaisaient tellement !

21.52… Au « Muzeum Ceskěho Ráje », on peut chercher et trouver des grenats ! Un site de prospection est en démonstration pour les visiteurs… chacun conservant les grenats qu’il trouve

23.11… Couchés !

 

dimanche 25…

07.32… Lever matinal à nouveau… pour repartir à travers le Český Ráj pour cette belle journée dominicale. De nouvelles aventures nous attendent…

09.44… Nous sommes arrivés à Besedické Skaly. Ici, les rochers de Besedice forment l’un des sites géologiques les plus tourmentés et impressionnants de la Bohême… et les ruines du château de Rotsejn se réaniment au fur et à mesure que Vilèm nous raconte l’histoire tourmentée de ce château qui daterait du 13èmesiècle…

        

11.04… C’est très calme, c’est très vert. Un parcours assez physique, des paysages magnifiques et de nombreux points d’observation où nous pouvons découvrir toute la vallée de l’Issera !… Bon, d’accord, la rando, c’est une surprise, et on adore les surprises ! On avance, on marche, on grimpe dans une forêt somptueuse, on slalome à travers des failles rocheuses. L’air est pur, le paysage époustouflant, c’est le cœur du Paradis de la Bohême ! Il fait beau. On en prend plein les yeux, et on a envie de courir entre les gros blocs rocheux. Vilèm nous explique le pourquoi géologique de tout ça… et Pauline est heureuse d’avoir investi dans de solides chaussures de rando ! Nous sommes à 750 mètres d’altitude. On trouve un immense rocher, devant un panorama impressionnant, Clic ! Ce sera la photo de groupe du jour pour le site !

         

12.27… Nous retrouvons le bus et avançons vers la région de Kozákov, toujours au cœur du Český Ráj pour une prospection minéralogique au bord d’un petit lac. Déjeuner pique-nique… mais déjà, tous, nous n’avons qu’une hâte, sortir les marteaux et outillages divers, et commencer à prospecter…


        
 

12.42… Le soleil est là ! Le bonheur ! Lauretta a déjà trouvé un beau péridot. On collecte des échantillons de péridots, d’olivines, de jaspe, des quartz… tandis que Tomáš Ř., et Vilèm B., notre interprète géologue nous aident à identifier chaque pierre collectée…

        

        

        

15.11… Nous sommes de nouveau dans le bus, direction, la ville de Nová Paka…

15.32… Dans la ville de Nová Paka, le musée municipal « Městské muzeum » présente une richesse inédite, il s’agit d’un des seuls musées au monde consacré au bois pétrifié, c’est-à-dire des bois fossilisés ou silicifiés, une collection minéralogique de bois pétrifié datant du permo-carbonifère, une ère glaciaire du paléozoïque, il y a quelques 300 millions d’années… à l’entrée du musée, un tronc fossilisé de 8,2 mètres !

16.03… Le conservateur du musée en personne nous explique : « Imaginez… il y a très longtemps, à l’ère primaire, toute l’Europe est sous un climat tropical, la végétation est luxuriante, les volcans modifient constamment le climat, formant ainsi de nombreux marais où l’eau est chauffée… Sous la pression de la température, la silice pénètre dans le bois, le fossilisant. Il faut bien sûr plusieurs millions d’années pour que le bois passe ainsi de l’état végétal à l’état minéral ! » A l’étage du musée, il y a aussi une superbe collection d’agates, de couleurs différentes et certaines avec des motifs étonnamment figuratifs ! Et au dernier étage, une étrange exposition sur le spiritisme !

        

16.51… Sur le chemin du retour, une petite halte au château de Hurba Skala, un château du 13ème siècle, le dernier propriétaire en date était un baron du ministère des affaires étrangères austro-hongrois… et aujourd’hui, c’est un hôtel-restaurant !

17.14… Retour à Turnov,

19.03… Notre dîner au « Grand Restaurant Magic » !

        

 21.02… En soirée, nous accueillons un autre invité pour une conférence étonnante, Vladimir Cizek, un spécialiste de la sculpture sur os… une technique qu’il a découverte en Nouvelle Zélande, mais qu’on retrouve dans beaucoup de civilisations primitives à travers le monde… « La gravure sur os est aussi vieille que l’Humanité elle-même. Avant l’utilisation des métaux, l’os était le troisième matériau le plus utilisé après le bois et la pierre ! L’os se compose de collagène, il est de dureté moyenne, ce qui permet de le tailler, mais il reste un matériau fragile. Il a cependant une longévité exceptionnelle, de plusieurs millions d’années, même s’il a tendance à jaunir avec le temps ! L’os ne se décompose pas. Il est détruit uniquement par la flamme et les acides. On peut utiliser les os de tous les animaux même si le plus fréquent est l’os de vache, et le plus apprécié, celui de baleine ! » Vladimir a longtemps travaillé comme graveur en Nouvelle-Zélande, et il connaît très bien l’histoire de son métier. Il nous rappelle que depuis toujours l’os a été utile pour la fabrication d’instruments et d’objets comme les peignes, les bijoux, les aiguilles, les hameçons et aussi les armes de chasse ! Des produits en os gravé ont été retrouvés partout dans le monde, sous toutes les cultures : en Egypte, à Babylone, en Chine, en Amérique du Nord… Et pour les populations du Grand Nord, l’os est un matériau unique et très précieux ! « Pendant la Préhistoire, on peut noter une relation très étroite entre la gravure et la magie. Les armes étaient gravées de symboles qui avaient un effet magique primordial ! Les figures gravées en os les plus souvent découvertes en Europe sont les Vénus adipeuses, et elles sont très nombreuses en république Tchèque. L’os le plus apprécié à cette époque était bien sûr l’os de mammouth ! Au Moyen-âge, en Europe, l’os représente les saints de la Bible, même s’il est peu à peu remplacé par l’ivoire, d’un blanc plus pur ! On trouve ainsi de nombreuses représentations de la Vierge et tout autant de reliquaires fabriqués tout en os ! Et pourquoi la Nouvelle-Zélande alors ?… Vladimir nous explique que ce pays possède une tradition très ancienne de gravure sur l’os. La gravure servait de Mémoire aux Maoris qui ne savaient pas lire ! De l’Antiquité à nous jours, cette tradition perdure grâce au fait que presque toutes les écoles du pays enseignent cet art et cette technique à leurs élèves !

22.31… Retour à l’hôtel, retour à nos chambres, avec bonheur !

 

lundi 26…

        

06.34… Lever matinal à Turnov, et la journée va commencer par une conférence technique et gemmologique sur le grenat, avec Tomáš Řídkošil… Il faut dire que Tomáš est à la fois le prof qui pilote les projets européens à l’école partenaire, le conservateur du musée, et aussi le directeur du Geopark de l’Unesco du Český Ráj ! Nous sommes tous réunis au musée du grenat, dans un petit cabanon en bois qui fait office de salle de conférence ! D’où viennent les grenats tant convoités, que représentent-ils dans le patrimoine de la Bohême et de la République Tchèque en général ? Sur quels types de bijoux va-t-on les sertir ? « Les bijoux avec les grenats tchèques sont reconnus dans l’Europe entière par leur qualité. Les premiers bijoux retrouvés datent des Mérovingiens, qui ont régné sur le territoire de la France et de la Belgique pendant plus de deux siècles… Les plus connus sont ceux fabriqués lors du règne de Charlemagne, la plupart sont conservés aujourd’hui au musée du Louvre ! Des bijoux très ressemblants ont été retrouvés en Moravie, une région de la République Tchèque, ce qui confirme une liaison très étroite entre nos deux pays. De récents travaux prouvent que ces grenats venaient du Český Ráj, du paradis de la Bohême pour être taillés en France ! Turnov a toujours été et reste aujourd’hui la ville centrale du travail du grenat en Europe ! » Tomáš nous présente sur grand écran une projection d’images représentant des bijoux sertis de grenats, les plus anciens datant du 7ème siècle jusqu’aux plus récents, du 21ème siècle. On se rend vraiment compte au fil des images, de l’évolution du travail effectué par les orfèvres tchèques.

09.10… Dès l’ouverture, ce lundi matin, nous sommes bien évidemment attendus à l’école « Střední Uměleckoprůmyslová Škola », l’école de nos partenaires tchèques. Toute notre équipe est accueillie par la directrice Jana Rulcová, qui nous présente l’histoire de l’école et les différentes formations dispensées… Une école très grande, avec de très nombreux départements artistiques : bijouterie joaillerie bien sûr, mais aussi taille de pierre, sertissage, gravure sur pierre et glyptique, fonte à cire perdue, émaillage, estampage, art du métal, ferronnerie d’art, restauration de bijoux anciens, etc… Certaines salles de l’école ressemblent carrément à un musée tellement il y a de travaux d’élèves d’exposés… A notre surprise, les règles de sécurité sont différentes de chez nous, et les filles ont le droit de porter des jupes très courtes

09.22… Des lycéens tchèques avec des interprètes en langue anglaise nous guident à travers tous les départements de l’école et nous expliquent leur vie quotidienne scolaire… Ici, on travaille essentiellement le matin, en fait de 8 heures à 15 ou 16 heures, pratiquement sans pause. Il y a environ 25 élèves par classe mais dans une journée chacun peut être amené à faire des choses différentes, des ateliers, du dessin, de la sculpture… Tout cela paraît extraordinairement individualisé, et organisé… Les élèves viennent de différentes régions de la République Tchèque mais aussi du monde entier pour étudier ici…

        

10.59… Il sera 11 heures du matin dans une minute, et c’est le grand moment de la rencontre sportive, la rencontre France – République Tchèque ! Dans le gymnase de l’école, un match de volley va opposer nos deux équipes ! Nous sommes confiants !

11.00… C’est parti ! Une partie de plaisir à encourager les joueurs de l’équipe ! Une partie de frayeur à chaque point marqué par l’équipe tchèque ! On change nos joueurs toutes les cinq minutes… mais rien n’y fait ! L’équipe de France est mixte, et il faut avouer que ce sont les filles de l’équipe qui s’en tirent le plus honorablement… Mais rien n’y fait ! La domination est totale ! Victoire écrasante de nos amis tchèques… !

       

        

13.02… Déjeuner sympa au grand restaurant Magic !

13.36… La journée se poursuit, à travers les différents ateliers de travail… sertissage de grenats, sculpture sur os, taille de pierres fines, ornementales… Emeline travaille la nacre et le marbre… Pauline et Ségolène partent travailler en joaillerie, tandis que Quentin et moi allons tailler l’os ! On commence par choisir un dessin qu’on s’efforce de reporter ensuite sur le morceau d’os. On le découpe ainsi à l’aide d’une lame hélicoïdale montée sur le bocfil. La forme est rattrapée, puis mise en forme grâce à une lime mi-ronde. C’est là où nous pouvons percer si besoin, puis il nous reste à le polir avec du papier émeri. Une petite équipe de sertisseurs est même conduite dans une entreprise de la ville et doit faire ses preuves à la cheville… L’équipe s’en tire très honorablement, avec félicitations des sertisseurs professionnels…

        

17.04… Fin de journée, où Madeline se retrouve dans un studio d’enregistrement de la ville avec le Directeur des grottes dolomitiques de Boztov pour enregistrer le texte en français… C’est donc la voix de Madeline que tous les visiteurs francophones écouteront dorénavant lors de leur visite du site spéléologique…

        

21.04… En soirée, Vilèm nous raconte à cœur ouvert ses souvenirs et l’histoire de la Tchécoslovaquie, puis de la récente République Tchèque… le nazisme, la seconde guerre mondiale… Vilèm est né à Turnov en 1938. Son père était professeur à Prague, et sa mère, femme au foyer. Elle parlait couramment le français et c’est elle qui lui a appris à parler si bien notre langue. Il nous raconte les souvenirs du début de son enfance, la tristesse des gens qui l’entouraient et qui s’attendaient à la guerre. Il se souvient avoir vu les soldats allemands, il se souvient avoir eu peur de la Gestapo locale ! « Je me souviens que ma famille comme tous les Tchèques avaient subi la pression de l’Allemagne nazie. Les Tchèques n’étaient pas obligés de rentrer en guerre aux côtés des armées hitlériennes. Ils servaient surtout à remplacer dans les usines d’armement les ouvriers partis en guerre ! » Il se souvient des affiches sur lesquelles on pouvait lire « interdiction d’écouter les radios étrangères », « interdiction d’avoir de la lumière dans les maisons la nuit ». Le nazisme, comme dans toute l’Europe était bien en route, et les citoyens juifs furent là-aussi parmi les plus considérables victimes… Au final, le pays sera libéré par l’Armée Rouge soviétique et par les Américains, mais l’histoire continue, la famine et la pauvreté vont continuer à peser lourdement sur les épaules des Tchèques… Puis, c’est l’histoire impitoyable de la Tchécoslovaquie, du stalinisme, de la guerre froide et des relations douloureuses avec le grand frère soviétique… jusqu’à ce jour du 21 août 1968, où Vilèm assistait à un congrès international de géologie à Prague… La révolte grondait depuis quelque temps déjà… et ce jour-là, les chars des troupes du Pacte de Varsovie managées par l’Armée Rouge sont entrés dans Prague. Objectif, envahir le pays pour éradiquer toute forme de révolte… Le congrès de géologie fut suspendu immédiatement…

23.32… Vilèm nous a fortement passionnés, c’étaient de vraies histoires, ses histoires de jeunesse dans un pays tourmenté, à travers des périodes de guerre éprouvantes, et des révoltes grandioses pour la liberté ! Il se souvient bien sûr de la présidence de Mickaël Gorbatchev à Moscou où pour la première fois, le grand frère russe n’intervenait pas dans les affaires intérieures des pays voisins, puis la chute du Mur de Berlin en 1989… Révolution encore… et puis, bien sûr, la révolution qui aboutit avec Vaclav Havel, fantastique auteur dramatique et opposant qui passe en quelques temps de prisonnier politique à président de la république, élu le 30 décembre de cette même année 1989… Nous sommes de retour à l’hôtel. Dormir après cette journée bien chargée, de rencontres, de découvertes et d’apprentissages.

mardi 27…  

        

07.15… Pas le temps de flemmarder ce matin non plus, nous nous réveillons aussi fatigués que la veille !… Un lever matinal à l’hôtel pour reprendre nos ateliers à l’école, au musée ou dans les entreprises de la ville.

        

8.34… Scier, limer, percer… Nous adorons ça, la sculpture sur l’os, malgré la poussière et l’odeur pas très agréable… Certains de l’équipe sont retournés dans l’école pour travailler le sertissage de pierres fines, et les derniers ont rejoint les fabriques de grenats dans la ville.

        

10.02… A l’école, nous passons pas mal de temps avec les élèves tchèques croisés dans les couloirs. On essaie de se faire comprendre avec nos bases d’anglais, parfois d’allemand, et puis les gestes. Deux filles de l’école tchèque nous entraînent même dans des endroits secrets de leur école, où on peut admirer les pièces d’examen dans d’immenses vitrines !

12.23… Déjeuner dans notre restaurant habituel, Madeline et moi, nous déjeunons avec Joffrey et Celia, et nous nous racontons les différents ateliers du matin.

13.34… Le bus…

14.17… Železný Brod, nous allons découvrir une autre école, l’école secondaire d’art du verre et du cristal, « SUPŠ sklářská Železný Brod », fondée en 1920. Les premiers élèves formés ici ont monté ensuite les premières entreprises de verrerie de la ville. L’école ressemble elle aussi à un véritable musée, tant il y a de vitrines dans tous les couloirs pour montrer les collections des travaux de lycéens, des objets magnifiques et aussi des bijoux impressionnants réalisés par les lycéens apprentis souffleurs de verre de Železný Brod… Plusieurs cours sont proposés comme la taille du cristal, la production de cristal, le décor du cristal coloré, la gravure sur cristal, la production de figures en cristal… et le bijou de cristal ! A l’intérieur même de l’école, un petit magasin, sous forme de coopérative scolaire vend aux visiteurs les créations des lycéens ! Encore une bonne idée à transposer dans notre lycée !

        

        

        

15.38… A Železný Brod, il y a aussi le musée municipal du cristal « Městské muzeum v Železném Brodě » qui présente le travail du verre comme patrimoine artisanal de la Bohême. La conservatrice, là-aussi, prévenue de notre passage, nous explique (avec les traductions de Vilèm !) le travail du verre et les techniques de réalisation des pièces dans la tradition populaire de la Bohême. Nous découvrons les anciens outils propres aux premiers fabricants dans le métier de la verrerie, et une exposition de perles de cristal !

17.52… Retour à Turnov. Sur la route, nous déposons Vilèm à la gare pour le retrouver à Prague le lendemain matin.

19.45… Dernier dîner au Magic Restaurant ! Un peu de temps pour profiter des dernières heures dans les rues de Turnov.

22.53… Il est tard déjà, et temps de préparer les valises… Demain, Prague et la longue route pour le retour !

 

mercredi 28… 

06.31… De plus en plus fort, le matin ! Se lever tôt pour passer le maximum de la journée à visiter Prague ! Petit déjeuner avec tristesse, car c’est le dernier en République Tchèque, bouclage des chambres, chargement des valises dans les soutes du bus…

08.32… Le bus part de Turnov… Il nous faut environ 1h30 pour arriver aux abords de la capitale de la République Tchèque.

10.03… Nous retrouvons Vilèm qui nous a proposé cette visite historique au cœur de Prague. Nous sommes dans la partie haute de la ville, et nous descendons par de petites rues pavées, tout en contemplant des paysages magnifiques, des curiosités d’architecture, des vestiges étonnants que Vilèm se plaît à nous raconter : « vous voyez le monastère du 12ème siècle, il y avait aussi derrière ces fortifications, une bibliothèque et une église abbatiale de style roman construite au milieu du 12ème… Quant aux moines, ils ont été expulsés en 1950, et ils n’ont pu revenir qu’après la chute du régime communiste ! »

 

        

10.44… Ici, tout le centre de la ville est classé au patrimoine de l’UNESCO… Au bout de l’avenue, « Pražský hrad », le Château de Prague… Un garde posté de chaque côté de l’entrée, et nous assistons à une relève de la garde ! Tout un rituel ! Les gardes ne doivent pas bouger, ils doivent se maintenir complètement immobiles, c’est pourquoi ils ne restent en place que pendant une heure ! On en connaît plein qui ne tiendraient pas une heure ! Et la Queen Elisabeth doit être jalouse de la performance ! C’est le prestigieux château où ont siégé tous les dirigeants du pays depuis les rois tchèques jusqu’à la présidence de la république ! Vaclav Havel fut le premier président à ne pas y résider. Bien sûr, le Château abrite aussi les joyaux de la Couronne de Bohême !

        

 11.15… Dans l’enceinte du château de Prague, c’est magnifique ! Une grande cour toute pavée, et à travers un porche, nous allons découvrir la cathédrale Saint-Guy, « Katedrála svatého Víta »… Haute, belle, impressionnante dans un ensemble de bâtiments historiques qui l’entoure.

11.32… Nous continuons à marcher, tout en longeant la cathédrale, pour sortir de l’enceinte du château. Deux gardes sont à nouveau postés à cette sortie là.

11.43… Un très bel acacia, pour une pause… et une photo de toute l’équipe, made in Prague.

 

12.14… Nous poursuivons notre descente à travers les petites rues et les vieux quartiers de Prague.

12.37… Tomas nous retrouve, dans une voiture chargée de repas froids. Nous partons pour s’improviser un grand pique-nique dans un jardin public.

13.52… Nous poursuivons notre découverte historique de la ville, en traversant le Pont Charles, symbole incontournable du 14ème siècle, avec pas moins de 75 statues, et aujourd’hui envahi de musiciens et d’artistes. Le long du fleuve, au bord d’une avenue célèbre près de la place Venceslas, une plaque commémorative rappelle que Jan Palach, étudiant en histoire tchécoslovaque s’est immolé ici par le feu pour manifester son désarroi face à l’invasion de son pays par les chars de l’armée soviétique en 1968…

        

 14.21… Plus loin, dans le quartier voisin, sur la façade d’une maison historique, on apprend que Kafka, le célèbre auteur tchèque de « la Métamorphose », entre autres… a vécu ici…

14.31… Au musée des arts décoratifs de Prague « Uměleckoprůmyslové museum », on découvre une fabuleuse collection de verres, d’horloges, de montres à gousset, de pièces d‘orfèvrerie du 16ème siècle, de miniatures religieuses, de sculptures précieuses, et de bijoux sertis de grenats de toutes les époques !

16.08… Staroměstské náměsti… C’est la place de la Vieille Ville, et aussi de tous les grands moments de l’histoire tchèque ! Donc, c’est notre lieu de rendez-vous. Ici, on a décapité les 27 principaux responsables de l’insurrection contre les Habsbourg en 1621… Ici, eut lieu le « célèbre coup de Prague » avec le discours de Klement Gottwald annonçant la victoire des travailleurs le 21 février 1948… Et, c’est ici que Václav Havel proclama le retour à la démocratie en 1990 !

16.12… Chacun peut parcourir les rues de la capitale, faire les boutiques en échangeant les euros en couronnes tchèques ! Et oui, l’unité monétaire tchèque est la « koruna », la couronne tchèque qu’on représente ainsi : « Kc ». Un euro vaut environ 25Kc. Et même si la République tchèque est entrée depuis quelques années dans l’Union Européenne, elle conserve pour le moment sa propre monnaie, le passage à l’euro n’est pas envisagé avant 2015… Rendez-vous général est donné pour 18h.

18.01… L’équipe se reforme. A l’angle de la place, à l’arrière de l’Hôtel de Ville et accolée à une tour, il y a une horloge astronomique extraordinaire réalisée au début du 15ème siècle et animée par des automates représentant les 12 apôtres qui toutes les heures se mettent en action ! Le cadran de l’horloge indique l’heure, le jour, le mois, la température et suit les mouvements du soleil et de la lune ! Tout ça avec une remarquable approximation de l’époque, puisque bien entendu, sur le cadran, la terre est considérée comme le centre de la galaxie ! Cette incroyable machine fonctionne avec le même mécanisme depuis 5 siècles !… Il nous faut maintenant remonter toute la ville, et retrouver le restaurant qui nous accueille pour notre dernier repas en République Tchèque.

19.04… Le restau est plutôt agréable et on fait honneur aux spécialités tchèques, comme le fameux chou rouge cuit… Nostalgie !

20.17… On ne traîne pas trop, chacun mesure la route qui nous reste à accomplir… Beaucoup d’émotion pour saluer Tomas et Vilèm, les remercier de toute l’aide et de tout le soutien pour cette grande aventure.

20.29… Nous sommes tous dans le bus… Une interminable nuit nous attend…

20.44… Sortir de Prague. A cette heure ci, pas d’embouteillage. Un peu épuisés, nous pénétrons dans l’univers de la nuit… dans la galaxie de nos pensées… dans l’infini sidéral de notre mémoire déjà pleine de nostalgie… à travers ces aventures collectives retracées aujourd’hui dans le « Grand Road-Book Magic », que vous, lecteur, tenez, entre vos mains !

jeudi 29…

        

une vingtaine d’heures plus tard…

13.31… Fatigués… Tristes d’être revenus de ce superbe projet… Heureux des rencontres, des découvertes, des apprentissages de cette semaine européenne… Ce projet nous a permis de découvrir un pays différent du nôtre, des cultures et des traditions lointaines. Nous avons rencontré des personnes merveilleuses, qui nous ont beaucoup appris… On a pu franchir ainsi les frontières des langues et les difficultés de la communication… Ce fut un superbe projet, une très belle expérience en commun !

 

MERCI à… tous ceux qui ont soutenu ce projet à l’intérieur du lycée et à l’extérieur, aux parents d’élèves, au Conseil Régional de la Région Centre (dispositif Trans Europe Centre), à l’Union Européenne (programme européen Comenius), à la Mairie de Saint-Amand Montrond (qui accueillera l’exposition dans la salle du musée de la Cité de l’Or au mois de janvier prochain)… Merci bien entendu à nos partenaires tchèques, sans lesquels ce projet n’aurait pas eu lieu… à Tomáš Řídkošil, notre partenaire à Turnov, enseignant à l’école, directeur du Geopark et conservateur au Musée de Bohême, à Vilèm Bárta, interprète et géologue, à Vladimir Cizek, spécialiste de la technique néo-zélandaise de sculpture sur os… au Geopark, à son équipe administrative et technique, à Hanna pour son professionnalisme… à l’école secondaire des arts du verre et du cristal, aux chefs d’entreprises, intervenants, conférenciers, directeurs de musées nationaux et régionaux… à Jana Rulcova, directrice de l’école partenaire à Turnov, aux enseignants et lycéens de cette école, et à son équipe de volley-ball (sans aucune rancune !)

Reportage république tchèque, carnets de voyage et entretiens : Marion Andrieu, Pauline Barathon, Lauretta Bardotti, Elora Benicourt, Charlotte Bezard, Estelle Blanchard, Perrine Bois, Emeline Bonhomme, Clément Bonnet, Mathilde Bouet, Estelle Bouvard, Marion Cazenave, Pauline Clément, Celia Dabiel, Eva Decostanzi, Kim Degut, Sullivan Durant, Océane Fauchier, Madeline Firmery, Ludovic Fournier, Camille Fréon, Quentin Goydadin, Bastien Grossias, Ségolène Guéno, Joffrey Guincêtre, Marjolaine Hatte, Myriam Jacquinet, Madeline Levillain, Alexandre Loiseur, Samuel Mambingo, Aline Marchaise, Adeline Meignin, Gaël Morcillo, Johanna Naudin, Giada Ollari, Victoria Pavon, Raphaël Peille, Yohan Picard, Pauline Raynaud, Christine Recamier, Amanda Roudez, Lauriane Sourdeaux, Leila Traballoni, et Aleksandra Wlazlo.